06/04/2009

Etiez-vous et êtes-vous toujours hyperactifs, les zamis ?

Aujourd'hui, la newsletter de Doctissimo fait le point sur l'hyperactivité.

L'article explique qu'avec notamment les technologies modernes (gsm, mails illimités…) nous vivons actuellement dans un monde qui nous incite à devenir multitâches ce qui peut mener à l'hyperactivité.

Reconnaître l'hyperactivité

Si l'hyperactivité peut paraître valorisante, il s'agit en fait d'un trouble du comportement dont voici les symptômes :

- avoir besoin de toujours faire quelque chose sous peine d'avoir l'impression de perdre du temps
- couper souvent la parole aux interlocuteurs
- être agité
- avoir du mal à se concentrer
- être impulsif
- être impatient (ex : difficulté à supporter les files d'attente)
- ressentir des démangeaisons dans les mains et les pieds
- souffrir de troubles du sommeil

Analyse

Les personnes hyperactives vivent dans « le faire » et non « l’être », la difficulté de se poser.

D’apparence très dynamique, les hyperactifs sont souvent très agités et se sentent comme obligés de mener des actions physiques.

Cette hyperactivité cache en fait un manque de confiance en soi et un mal-être qui peut apparaître à la moindre pause.

Effets

Au fil du temps, l’hyperactivité agit défavorablement sur le système nerveux, provoquant un état d’irritabilité et une fatigue souvent latente.

Comment gérer l’hyperactivité

Par la sophrologie avec des exercices simples.

Méthode :
http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/dossiers/hypera...

Vous, mes zami(e)s fibros, avez-vous été hyperactifs ?  L’êtes-vous encore ?

N’étions-nous pas des wonderwomen et du supermen qui jonglaient presque parfaitement avec le boulot (et son stress), la maison, la famille, l’éducation des enfants, les courses, la course contre la montre, jusqu’à ce que votre corps dise STOP ! ???

J’en étais et j’en suis toujours et je suis persuadée que l’hyperactivité est une des causes de ma fibro.

J’en souffre toujours et plus encore aujourd’hui parce que je n’arrive plus à « faire » et j’ai besoin de « faire » pour « être ».

La sophrologie ?  J’en ai fait et ça marche.
J’arrivais chez le sophrologue hyper agitée et une heure après, j’en sortais zen, calme, apaisée, bien dans ma peau, dans ma tête, dans mon corps.  Une toute autre personne qui surprenait mes proches.  Pour certains, je devais même avoir l’air « pétée » mdr.

Seulement voilà, une fois seule à la maison, sans le sophrologue qui me guide, je retombe dans le tourbillon infernal : la lutte est dure entre le besoin/devoir de « faire » et celui de prendre le temps « d’être ».

Je pense que ce qui me torture, c’est le besoin de reconnaissance et quand on se retrouve en incapacité de travail parce que la tête et le corps ne suivent plus, qu’il est d’autant plus difficile, douloureux voire impossible de « faire », comment « être » ?

Je sais pourtant que nous devons « être » pour aller mieux, souffrir moins, mais « comment faire » ?

J’attends avec impatience de partager votre avis, votre vécu, vos méthodes…

Henry, je crois que tu pourrais nous aider en nous convertissant à ta philosophie que j’admireClin d'oeil.

Pourquoi on n’y arrive pas ?

 

10:26 Écrit par Chris Maboulette dans 08. Notre rubrique médicale | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

17/03/2009

La newsletter de mon amie d'Aroma-Zen

Chère, Cher Membre,

Pour beaucoup, le printemps est signe de renouveau, de joie, de lumière, de renaissance de la nature. Ce qui peut devenir, pour d’autres, un véritable calvaire. Car le renouvellement de la nature implique la libération dans l’air de millions de particules de pollens, mais aussi de poils d’animaux qui font leur mue.

Membre, savez-vous exactement à quoi correspond l’allergie ?

L'allergie est une réaction anormale, inadaptée, exagérée et excessive du système immunitaire de l'organisme, consécutive à un contact avec une substance étrangère (le plus souvent) à l'organisme (l'allergène). Il s'agit de substances habituellement bien tolérées, mais considérées à tort comme dangereuses par nos cellules. L'allergie est également appelée hypersensibilité.

L’air pollué urbain contribue d’autant plus à augmenter les phénomènes des allergies au pollen que les pollinisateurs, dont les abeilles, y sont en moins grand nombre et donc emportent moins de pollen qu’ils ne le feraient dans la nature.

Une crise d’allergie au pollen ou aux poils d’animaux peut se manifester par des poussées de boutons, les yeux qui larmoient, une rhinite, une sinusite, des éternuements (le « rhume des foins »), ...
Afin de se prémunir contre les allergies, on peut adopter des comportements d’évitements : ne pas se promener dans la nature aux printemps dans les cas d’allergies au pollen, bien aérer sa maison et fuir les couettes et oreillers en plumes dans la cas d’allergies aux acariens, éviter les animaux ou privilégier un compagnon à poils ras qu’on frottera au moins une fois par jour avec une serviette humide si c’est aux poils que l’on est allergique.

On peut aussi renforcer l’organisme : si le système immunitaire est stimulé, ses réactions de rejet seront moindres. Tonique puissant agissant sur tous les systèmes physiologiques de l’organisme, le bourgeon de cassis draine l’organisme et facilite l’action des plantes qui lui sont associées.

Le bourgeon de romarin, lui, exerce une action anti-toxique sur les organes de drainage de l’organisme : en protégeant notamment le système hépatique, il permet d’évacuer les toxines allergisantes. Le complexe antiallergique Allargem associe ces deux bourgeons à de la propolis, qui exerce une action privilégiée sur le système respiratoire. Cette synergie procure un soulagement rapide.

On peut aussi avoir recours à la viorne : arbrisseau qui vit dans les espaces aérés, elle est connue pour avoir une influence apaisante sur les voies respiratoires.

C’est aussi le moment de songer à faire une cure de bouleau – sous forme de
bourgeon ou sous forme de sève – pour détoxifier l’organisme et en éliminer les déchets.

Enfin, pour soulager directement les symptômes de l’allergie, le spray nasal à la propolis est d’une rare efficacité pour dégager le nez ; et pour les yeux, le collyre totalement naturel Optigem, à base de bleuet, soulage sécheresse et irritations – il est aussi utile pour lubrifier les lentilles de contact ou simplement en cas de fatigue, après avoir travaillé longtemps sur un écran.

Nous vous souhaitons une agréable découverte des vertus de ces produits naturels et nous espérons que vous en tirerez de nombreux bénéfices pour votre bien-être.

L’Equipe d’Aroma-zen.com


Les réflexions dispensées ne peuvent en aucun cas se substituer à une consultation chez un médecin ou un thérapeute qu'il vous revient de contacter pour votre suivi.

Si vous désirez une information complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter sur
info@aroma-zen.com ou contact@aroma-zen.com

19:08 Écrit par Chris Maboulette dans 08. Notre rubrique médicale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/12/2008

Oups une info médicale étonnante

Le syndrome d'excitation génitale persistante, trouble sexuel féminin rare et mystérieux décrit pour la première fois en 2001, serait associé au syndrome des jambes sans repos, une pathologie du sommeil encore mal connue, selon des chercheurs néerlandais.

Lire la suite sur
http://www.rtlinfo.be/rtl/news/article/204664/--Lexcitati...

Vous ne vous sentez pas un peu concernées, les filles ?

decoration

 

19:18 Écrit par Chris Maboulette dans 08. Notre rubrique médicale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/11/2008

Bonne nouvelle : La fibromyalgie est visible: anomalie des régions du cerveau traitant la douleur

Des chercheurs français ont détecté, grâce à une technologie d'imagerie cérébrale, des anomalies dans le fonctionnement de certaines régions du cerveau chez les personnes atteintes de fibromyalgie. Ces résultats renforcent l'idée que les symptômes de la maladie sont liés à une dysfonction des régions du cerveau traitant la douleur.

La fibromyalgie est souvent considérée comme un syndrome invisible car les images musculosquelettiques sont négatives, dit Eric Guedj, principal auteur de la recherche.

L'étude, rapportée dans The Journal of Nuclear Medicine, a été réalisée avec 20 femmes souffrant de la maladie et 20 femmes en santé.

Des anomalies du cerveau étaient en directe proportion avec la sévérité des symptômes de la maladie. Une augmentation de l'activation dans une région impliquée dans la discrimination de la sévérité de la douleur et une diminution de l'activation dans une région impliquée dans la réponse émotionnelle à la douleur étaient observées.

Dans le passé, certains chercheurs ont pensé que la douleur rapportée par les personnes souffrant de fibromyalgie pouvait être le résultat d'une dépression plutôt que les symptômes d'un trouble distinct. Mais cette recherche montre que les anomalies étaient indépendantes de la dépression et de l'anxiété.


La fibromyalgie peut être reliée à une dysfonction globale du traitement de la douleur par le cerveau, considère les chercheurs.

Source :
Psychomédia
http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=6374
avec source: Eurekalert

A lire aussi :
Fibromyalgie: la douleur associée à un neurotransmetteur du cerveau


ET TOC !!!

Un tout grand merci à notre amie Terz de m'avoir communiqué l'info pour la partager avec vous.

decoration

20:18 Écrit par Chris Maboulette dans 08. Notre rubrique médicale | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

05/11/2008

Questionnaire sur la fibromyalgie pour aider un groupe d'étudiants en kinésithérapie

Bonjour les zami(e)s,

J'espère que vous aviez bien dormi cette nuit, que vous êtes moins fatigués et que les douleurs sont moins pénibles.  Il faut vivre d'espoir...Clin d'oeil

Une étudiante en kinésithérapie m'a contactée car elle prépare un travail de groupe sur le thème de la fibromyalgie.  Je trouve génial que les étudiants aient choisi ce thème pour que l'on parle plus de cette fichue maladie qui nous invalide tant.  Plus on en parle, plus des thérapeutes et futurs thérapeutes s'y intéressent et plus nous avancerons avec l'espoir d'être mieux pris en charge.

decoration

Si vous êtes d'accord d'accorder un peu de votre temps à ces étudiants, je vous invite à répondre à leur questionnaire dans le message de Catherine MERTENS ci-dessous.

En vous remerciant d'avance, les zami(e)s, je vous souhaite un agréable mercredi.

decoration

Bonjour.

Je me présente. Je suis étudiante en premère année en kinésithérapeute à l'université catholique de louvain (ucl) en belgique.

Dans le cadre de mes études, je dois effectuer un travail. A vrai dire, nous sommes un groupe de 5 personnes. Nous avons choisi la fibromyalgie car elle n'est pas encore fort connue, reconnue. Nous nous sommes déjà rendus chez un kiné et avons discuté avec une de ses patientes atteintes de fibromyalgie.
Comme je vous l'ai dit nous sommes 5 et chacun s'occupe d'un aspect différent de la maladie. Moi je suis là surtout pour me renseigner sur l'aspect vie sociale, professionnelle, activités, loisirs, sports...
Donc je suis venu ici afin de vous demander votre aide en acceptant de répondre à mes questions, en me fournissant le plus de renseignements.

Je vous propose donc quelques questions :

1°Etes-vous reconnu(e) comme étant vraiment malade de la fibromyalgie par votre kinésithérapeute, votre rhumatologue..?

2°Cette fibromyalgie, quand et due à quoi (choc, accident) est-elle apparue?

3°Quelles sont les douleurs que vous ressentez?

4°Quels traitements ou quels soins suivez-vous pour vous aider, vous soulager?

5°Au niveau de votre vie sociale. Y a-t-il eu des changements depuis que vous êtes atteints de la fibromyalgie? Le regards des autres, de vos amis, familles, proches ont-ils changés? Participez-vous encore à beaucoup d'évènements dit social? (fêtes, anniversaire, exposition, babecue, balade...)

6°La maladie vous a-t-elle contraint(e) a arreter de travailler ou parvenez-vous encore a travailler? Si vous travailler encore, avez-vous eu besoin d'aménagements spéciaux dans votre lieu de travail?

7°Et sinon,arrivez-vous à pratiquer du sport malgré les douleurs? Si oui dans quelles mesures, conditions? Quels sont vos loisirs, activités? Pouvez-vous vous en permettre autant que avant? Lesquelles ont-du être supprimer, modifer?

8°Sinon dans votre vie quotidienne, avez-vous du aménager certains espaces afin d'effectuer certaines taches?

En résumé les questions qui m'interressent le plus sont la numéro 5 6 7 8. Les premières sont plus pour mes partenaires de groupes qui s'occupent de l'aspect maladie, traitement.

En gros ce que j'essai de savoir. C'est dans quel mesure la maladie a-t-elle modifié votre vie dans votre vie sociale, professionnelle,...

Excusez moi pour les fautes d'orthographe.

Et espère avoir beaucoup de vos réponses.
Et en tout grand merci et bon courage à tous.

Catherine Mertens
cath492@hotmail.com

08:30 Écrit par Chris Maboulette dans 08. Notre rubrique médicale | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

25/10/2008

Avez-vous lu ce livre ?

decoration

 

Cet aprem, je suis allée au Press Shop avec mon fils, il devait acheter un bouquin pour le corus de français.

J'ai vu ce nouveau livre à l'étalage, j'ai lu le pitch ; il a l'air intéressant, et je me le suis offert. 

La présentation par l'éditeur :

La maladie a-t-elle un sens ? Voilà une question qui nous concerne tous. Pourtant la médecine ne se la pose plus. Elle soigne en effet le corps sans se soucier de l'intégralité de la personne humaine. Et, privilégiant la compréhension des détails, elle oublie les liens qui unissent les patients au monde dans lequel ils vivent.

Tombons-nous malades comme par fatalité, ou bien la maladie est-elle le moyen pour notre corps de trouver, face à des situations perturbantes, un nouvel équilibre ? Nos pathologies naissent-elles de causes extérieures à nous ou, au contraire, sont-elles le symptôme d'un malaise plus profond ?

Thierry Janssen se confronte à ces questions avec une audace remarquable. S'appuyant sur les découvertes scientifiques les plus récentes, il retrace l'histoire de la médecine psychosomatique - véritable donneuse de sens dont il analyse les apports mais aussi les dérives. Et, comparant les théories modernes avec les croyances de peuples traditionnels comme les Aborigènes, les Douala ou les Navajo, il nous montre que, face à la souffrance, nous avons le choix d'explorer plusieurs sens. " Sens biologique " défini par la science, ou " sens symbolique " exprimé par les malades ? À travers le témoignage de nombreux patients, nous découvrons, en plus, le " sens collectif " de nos maux. Celui-ci fait appel à notre responsabilité afin de prévenir les pathologies au lieu de les guérir.

Ainsi, tout au long de ce livre, Thierry Janssen nous invite à renouer avec des principes de bonne santé qui sont de précieux outils au service de la vie. Et sa réflexion, aussi brillante que passionnante, annonce une autre manière de penser la médecine.

19:40 Écrit par Chris Maboulette dans 08. Notre rubrique médicale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/10/2008

Un site sur la douleur

Kikoo les zami(e)s,


Pour info, Doctissimo a un mini-site dédié à la douleur :

http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2000/mag1208/dossier/sa_3200_douleur_niv2.htm


Ainsi qu'un forum dédié plus précisément à la douleur chronique :

http://forum.doctissimo.fr/sante/Douleur/liste_sujet-1.htm

En vous souhaitant un bon lundi... au soleil...Rigolant

13:04 Écrit par Chris Maboulette dans 08. Notre rubrique médicale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |